Mon jardin en 2008


Le jardin s’éveille et la floraison des rosiers acommencé.

Le premier rosier à fleurir est un beau grimpant rouge, palissé le long de la maison.
Je l'ai nommé : "ma belle inconnue" car j'ignore son nom et l'ai reçu à une époque où je n'attachais pas d'importance au nom des rosiers.
ma belle inconnue
 
Il est suivi par la jolie petite rose simple jaune pâle, celle du rosier botanique "Rosa Hugonis, introduit en 1899. Il a un feuillage léger et des fleurs tout le long des branches. Il fleurit en Mai. Ce rosier provient de Chine.
Dans le jardin, il s'épanouit en compagnie du kerria d'un jaune un peu plus foncé.



Ce joli buisson voisine avec un rosier Rosa rugosa, qui, lui, fleurit un peu plus tard.
rosa hugonis  


rosa rugosa Le rosier Rosa Rugosa, en provenance de Chine-Corée, a été introduit en 1854. 


Général Shablikine, créé en 1878, par Nabonnand fleurit en même temps, à l'abri de la maison.
C'est un rosier thé arbustif, aux fleurs rose carminépâlissant à la défloraison.
général Shablikine


Un autre de mes chouchous
: "Cornélia" fleurit en compagnie des bouleaux. Il a été créé, en 1925, par Pemberton. C’est un arbuste à port souple, à fleurs bien parfumées, aux couleurs rose pêche nuancé de rose.

rosa spinosissima Au fond du jardin, une jolie petite rose simple encore : Rosa spinosissima, en provenance de l'Europe et de l'Ouest de l'Asie. Ce rosier fut introduit en 1600
                  
Nombreux sont les rosiers qui vont fleurir dans les jours à venir, mais ils ne sont pas les seuls à éclore, la glycine, elle, forme une voûte au- dessus d’une petite allée qui contourne la pergola et elle se marie avec les branches du chêne voisin.


Les iris aussi s'épanouissent, tous plus beaux les uns que les autres,

groupe d'iris

en voici quelques-uns en photo, ci-dessous.




iris
iris iris iris





iris

iris

iris

iris


Mais le temps est maussade et voici, ci-dessous, ce poème qui traduit bien ma pensée.



Il pleut sur mon jardin, la campagne est en pleurs,
L’oiseau est disparu, le chant du grillon cesse,
Je contemple pourtant sans la moindre tristesse
La verdure du gazon, la beauté des fleurs.

Il pleut sur mon jardin, il pleut sur ses couleurs,
Un lézard attardé fuit à toute vitesse,
Mais la rose parait s’offrir à la caresse,
Que le ciel lui dispense ainsi que des faveurs.

Il pleut sur mon jardin, il pleut sur mon dimanche,
Et le coeur tout gonflé, j’ai saisi mon crayon,
Non pour faire un message appelant le rayon,
Du trop boudeur Phébus, mais pour me souvenir,
Du plaisir que je prends à regarder venir
Des sylphes sur l’étang, des perles sur la branche.

Pierre PEGUY




Vous souhaitez que je continue la description des rosiers  contactez-moi, je me ferai un plaisir de vous répondre.

Je vous invite à découvrir ce beau jardin de l'Anjou décrit par une passionnée
, à l'adresse est ci-dessous :

Démons et merveilles