Vous êtes ici > La légende du gui



le gui sacré

le gui sacré

Du temps des Gaulois, les druides allaient en forêt pour couper le gui sacré, le sixième jour de l'année celtique.

Ils coupaient le gui en s'exclamant "O Chel an Heu", ce qui signifie littéralement : "Que le blé germe". Au Moyer-Age l'expression sera modernisée dans le souhait "Au gui l'an neuf"

Le gui était considéré comme sacré pour ses vertus médicinales, ou même miraculeuses : il chassait les mauvais esprits, purifiait les âmes, guérissait les corps, neutralisait les poisons, assurait la fécondité des troupeaux, permettait même de voir les fantômes et de les faire parler.

au XIXè siècle, on disait "Bonne et sainte Année, le paradis à la fin de vos jours". L'expression évolua pour devenir le "Bonne et heureuse année" que nous connaissons aujourd'hui. A Noël et le jour de l'An à minuit, on continue à s'embrasser sous une branche de gui, symbole de prospérité et de longue vie.


Retour