Vous êtes ici > Rimiaux Les Fill's de la Loére


les fill's de la loére



J'voudrais, quant' j'aurai pûs l'sou dans ma bourse
Ermonter la Loér' jusque d'vars sa source,
        Au Gearbier de Jonc,
Et pis la r'descend' ; et, j'vous en réponds,
J'me foutrais pas mal des vill's et d'Ieûs ponts;
Mais j'ergard'rais mieux, d'Roanne à Montoére,
Ovec leûs ch'veux noérs ou ben leûs ch'veux blonds,
        Les Fill's de la Loére.

J'en verrais des band's et des ribambelles,
Des groûss's et des p'tit's, des laid's et des belles,
        Mais d'loin, tout est bieau ;
J'pass'rais en l'mitan sû' mon vieux batieau ;
E's m'f'raient sign, comm'ça, cruché's sû' l'cotieau ;
Et d'la point' du jour jusqu'à la nuit noére,
J'en verrais passer, tout au fil de l'ieau,
        Des Fill's de la Loére.

Et pis, quand l'ieau bleue é' s'rait dev'nu' verte
Quand l'soér s'rait tombé, dans n'ein' criqu' désarte,
        J'm'arrêt'rais dormi ;
Et p'têt' ben qu'en rêv' sommeillant à d'mi,
J'verrais v'nî à moé comme à son  promis,
Portant sûs sa tête ein' coéff' de lumière,
Par ein ch'min d'argent qu'la leune aurait mis,
        Ein' Fill' de la Loére.

Pis, quant' les étoél's la p'tite, la grande ourse,
Ell' auraient tourné, j'erprendrais ma course,
        Ovec le soulé,
Et j'continuerais d'descend', et d'aller
Mon bonhomm' de ch'min, sans rir' sans parler,
Sans manger mon soûl et vanquiers sans boére,
Mais saluant d'chaque'bôrd, sans m'en achaler,
        Les Fill's de la Loére.

P't'êt' qu'ôvec le temps (s'fait-on pas à l'âge ?)
Et qu'à forc' d'en voér j'me f'rais moins sauvage
        Et qu'pour les voér mieux
j'm'arrêt'rais, ein jour ; j'ergard'rais leûs yeux
Pour voèr s'i's dont gris ou ben s'i's sont bleus ;
Mais ça s'rait p'têt' ben la fin d'mon histoére...
E's n'aim'nt vanquiers point les gueux et les vieux,
        Les Fill's de la Loére.

Et pourtant j'crés pas : é's sont si gentilles
Qu'é's doév'nt ben ét' bonn's, les char's petit's filles,
        Pour ceuss' qu'ont pûs l'sou,
Pour les pouver's pouèt's du pays d'Anjou,
Qui vont dré' d'vant y'eux sans savoér é'y'ou,
Mais qui s'sent'nt de taille à pêcher la gloére,
Pourvu qu'é's leû fass'nt, ein soér, les yeux doux,
        Les Fill's de la Loére.

Ell' ont tant d'finesse, ell' ont l'coeûr si tend'e,
L'z'yeux si évestouis d'la malice à r'vend'e,
        Tout comme auterfoés :
ça leû z'y'est resté du vieux temps qu'les Roés,
Qui fésaient partout'la mode et les loés,
I l'taient ébellouis et n'savaient pas s'tére
Quand îs rencontaient, par Tours ou par Bloés,
        Les Fill's de la Loére.

Mais c'est côr chez nous qu'é' sont l'pûs mignonnes
Par cell's de Saumur, d'Saint-Georg's ou d'Châlonnes,
        D'Saint-Florent, d'Liré,
J'sais ben qu'mon batieau s'rait comme attiré,
Que je n'saurions pûs d'queû coûter virer,
D'tribôrd ou d'bâbord, d'avant ou d'arrière,
Et qu'é's finiraient par nous adirer,
        Les Fill'de la Loére !

Pis, ein soér, d'vant y'én' qui s'rait côr pûs belle,
J'déciderions p'têt, en noût' poûv çarvelle,
        De faire halt' ein brin,
D'vars La Ménitré ou Saint Mathurin,
En fac' Les Ponts-d'Cé ou Saint Saturnin,
D'ranger mon poûv' fait' en ein' vieille ormoére
Et d'lésser ma pein' se barcer au r'frain
        D'ein' Fill' de la Loére.

Ou ben, mieux encôr' (ça s'rait-i' pûs sage ?)
J'continuerions p'têt' tous deux, noût' voyage,
        Moé et mon batieau...
Sans r'garder d'coûté la farm' ni l'châtieau,
L'toét coéffé d'ardoés', la cav' en tuffeau,
J'ouvririons nos voél's à la grand' barçoére
Du vent frais d'soulair', loin du coeûr trop chaud
        Des Fill's de la Loére.

Et j'irions nous pard' ein soér, comm' la Loére,
Drét' en la grand'boér', par ein ch'min d'lumiére
        Qui n's'rait plus d'argent,
Mais du roug' varmeil du soûlé couchant,
Ein ch'min d'paradis couleûr de mon sang,
Pour que j'soés moins trisse à mon heûr' darniére
Et qu'par ein' bell'nuit, j'm'endôrme, en rêvant
        Des Fill's de la Loére.

Emile Joulain

Rimiaux extrait de RIMIAUX D'ICITT
RIMIAUX D'L'AUT'BORD

Retour