Vous êtes ici > La taille de Noël du rosier



la taille de noël du rosier

Le rosier

Elle est peu connue en France, la taille hivernale dite "à la  Noël", elle remplace la taille "classique" et se pratique durant les derniers jours de l'année.

Il est intéressant de la justifier par rapport à l'ancienne méthode "la taille classique"dont les défauts résultent précisement du fait qu'elle se pratique plus tardivement alors que les bourgeons terminaux sont déjà gorgés de sève. Cette taille n'a rien à voir avec la taille longue "classique" (réalisée au-dessus de quatre à six yeux, ou plus).

La taille à la Noël est avantageuse pour les raisons suivantes :

- Elle se pratique tôt, en janvier, au plus tard le 10 février, alors que la sève, encore en repos à cause du temps froid et des gelées nocturnes, est concentrée dans la partie inférieure de l'arbuste et la souche elle-même. La taille classique tardive, au contraire, élimine les extrémités gorgées de sève : et c'est cette sève "concentrée" accumulée durant l'année précédente (car il faut des feuilles adultes pour la fabriquer). L'obligation de tailler tôt résulte aussi du fait qu'il suffit d'un léger réchauffement printanier du bois et de la terre superficielle pour provoquer la remontée de la sève dans les brindilles.

- Elle se fait après avoir supprimé les branches âgées de trois ans (deux fois ramifiées) dans lesquelles la sève circule difficilement en raison des noeuds ; cette méthode consiste à tailler les brindilles au-delà des yeux les plus florifères qui existent dans la partie médiane des rameaux ; d'où la nécessité d'écourter les brindilles d'un an à 18 cm ou 22 à 24 cm, suivant la vigueur des buissons.

vue de la taille des rosiers à noël

- Lorsqu'on rajeunit le rosier chaque année, par la suppression des branches âgées (proches de l'épuisement), celui-ci, par une réaction naturelle, engendre la production de nouvelles brindilles" de remplacement" plus floriflères en raison de leur jeunesse et de l'absence de ramifications qui permet à la sève une circulation plus rapide.

Taille de noël


- La taille longue et hivernale ne provoque pas un bourgeonnement plus précoce mai elle engendre des bourgeons mons gélifs parce que formés durant une période encore froide en utilisant la sève de réserve (qui est une sève concentrée). Et si par malchance, les bourgeons sont détruits par le gel, lorsque l'hiver se prolonge anormalement, un nouveau bourgeonne-
ment est possible grâce aux yeux inférieurs, lesquels pourront également profiter de la sève concentée dans la souche. Lorsque les bourgeons sont détruits après une taille classique (tardive et moins longue), les nouveaux bourgeons s'allongent uniquement grâce à la sève "montante" qui est une sève pauvre (c'est de l'eau puisée dans la terre par les racines) : ce qui explique un boutonnement parfois difficile.

- La précocité de la taille permet de distribuer et d'enfouir, par un griffage, les engrais en poudre, déjà en février, alors que les racines sont encore au repos, contrairement au griffage tardif qui, lui, élimine les petites racines superficielles qui naissent au printemps et qui sont les plus actives après l'hiver lorsque le soleil réchauffe la terre durant quelques jours consécutifs.

Dans le cas des variété exubérantes, la taille "à la Noël" a le mérite de régulariser progressivement la végétation suite à l'élimination des branches ramifiées, et cela dès la seconde année. Chez les variétés à petites fleurs (polyanthas, etc...) les arbustes qui profitent d'une taille hivernale produisent de 30 à 50 % de fleurs en plus que ceux taillés tardivement.

rosiers, taille de noël



Retour